CGT ADDSEA

Site de la section CGT de l’ADDSEA

Des nouvelles de notre ancien DG

Posted by dsinterim sur février 25, 2009

Article du journal Sud Ouest, 21 février 2009 :

Première association du département avec 829 salariés et 4.000 usagers, l’ADEI traverse une crise de confiance.

« Nous ne voulons pas de ce directeur »

Les représentants du personnel ont quitté la réunion du Comité d’entreprise de l’ADEI (1) jeudi à Aytré. Ils ont refusé de siéger, pour protester contre la nomi- nation, le 5 janvier dernier, d’Alain Lecuyer comme directeur général de leur association.

S’occupant de près de 4 000 handicapés dans le département, répartis dans 50 établissements, l’ADEI est la plus grosse structure associative du département, avec 829 salariés. Elle peut même être considérée comme une des toutes premières entreprises. Sous tutelle du Conseil général, elle est présidée par Denis Barbeau, cependant que six des élus de l’assemblée départementale siègent dans son conseil d’administration. Alain Lecuyer a été recruté à la suite du décès de l’ancien directeur.

« Nous ne voulons pas de ce directeur en raison de son lourd passif social. Nous considérons qu’il peut être nocif pour notre association », déclarent en choeur les élus du comité d’entreprise qui ont déposé une motion de défiance sur le bureau du président.

Ce passif, c’est une condamnation au pénal, prononcée par le tribunal correctionnel de Besançon, pour sept délits d’entrave au fonctionnement du Comité d’entreprise de l’association qu’il dirigeait dans le Doubs, l’ADDSEA (2), et quelque 193 dossiers déposés aux prud’hommes pour non-application des 35 heures. Des procès qui ont coûté 6,3 M? à l’ADDSEA et donc à sa collectivité de tutelle, le Conseil général du Doubs. Naturellement, les syndicalistes de Besançon ont fait suivre le dossier à ceux de Charente-Maritime. Un dossier auquel s’ajoute le recrutement avorté d’Alain Lecuyer à l’association du Moulin Vert, dans le Morbihan. Avorté parce que la présidente, Constance Dumoncel, est revenue sur son engagement, « M. Lecuyer ayant, à mon sens, gravement manqué à l’éthique », écrit-elle dans un courrier. Autant de faits qui ont mis la puce à l’oreille des salariés de l’ADEI.

Bras exécutif

« J’ai participé à son recrutement. M. Lecuyer a été très clair sur son passé. Il n’a rien caché. Je trouve qu’il y a quelque chose de très discourtois de la part des élus du comité d’entreprise dans le fait de le juger avant même de le connaître. En tout cas, nous n’avons pas, au Conseil général, d’a priori contre lui », déclarait hier Corinne Imbert, vice-présidente de l’assemblée départementale.

Des propos qui vont dans le sens de ceux du président de l’ADEI, Denis Barbeau (3), prenant la défense de son directeur fraîchement nommé lors du précédent comité d’entreprise, en rappelant qu’il n’était à l’ADDSEA de Besançon « que le bras exécutif du conseil d’administration ».

Lors de cette réunion de janvier, Alain Lecuyer s’est présenté au comité d’entreprise qui l’a écouté. Mais qui n’a visiblement pas été convaincu.

(1) Association départementale pour l’éducation et l’insertion. (2) Association départementale de sauvegarde de l’enfant à l’adulte. (3) Nous avons tenté, sans succès, de joindre MM. Barbeau et Lecuyer.

Ouest-France, 21 février 2009

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :