CGT ADDSEA

Site de la section CGT de l’ADDSEA

« Ça ne peut plus continuer » : le personnel de l’Ehpad du Larmont alerte sur ses conditions de travail

Posted by dsinterim sur septembre 23, 2022

L’Est Républicain, 22 septembre 2022 :

Afin d’alerter sur des conditions de travail de plus en plus dégradées, une considération amoindrie et un secteur sous tension, le personnel des Ehpad de France étaient amenés à se mobiliser ce jeudi 22 septembre. À Doubs, une cinquantaine de personnes ont manifesté.

PontusUSD

C’est entre lassitude, colère et inquiétude que plusieurs dizaines de membres du personnel de l’Ehpad du Larmont , accompagnés de représentants de la CGT, se sont rassemblés ce jeudi 22 septembre afin de répondre à un appel de grève national.

Lancée par la fédération de la Santé de l’Action sociale, cette mobilisation entendait alerter sur la pénurie de personnel, le manque de reconnaissance mais aussi l’épuisement général amenant les aides-soignants au bord de la rupture.

Former du personnel

En s’adressant aux manifestants, Lydie Lefebvre, déléguée syndicale de la CGT du CHU de Pontarlier , dit « comprendre la souffrance qu’endure chaque jour le personnel soignant ». Et de poursuivre : « Nous avons besoin de professionnels. Bien avant le Covid, nous avions déjà alerté le gouvernement sur le fait que nous allions manquer de personnel. Avec une population vieillissante, l’urgence, c’est de former du personnel médical et non médical qualifié pour venir travailler. »

Valoriser les salaires

La formation comme priorité, mais pas que. Parmi les autres revendications : de la reconnaissance et la possibilité de travailler dignement, dans des conditions acceptables. « Dans tous les hôpitaux en France, nous sommes en train de fermer des lits à cause du manque de personnel soignant, et cela ne se limite pas aux Ehpad, c’est toute la filière santé qui est concernée. »

L’Ehpad du Larmont, qui accueille 252 résidents, comptabilise à ce jour 20 fermetures de lits face à cette pénurie de soignants. « Nous manquons à la fois d’aides-soignants mais aussi d’agents de service hospitalier, d’infirmiers et de cadres », poursuit Lydie Lefebvre. Une revalorisation des salaires, que le personnel n’estime plus à la hauteur du travail fourni, a aussi été évoquée. Si le gouvernement a mis en place la prime grand âge il y a deux ans, d’un montant de 100 euros, le personnel soignant regrette que cette dernière n’évolue pas. « Le coût de la vie, d’autant plus avec l’inflation , n’est plus adapté à cette prime. Nous attendons une réelle augmentation de nos salaires, en plus de conditions décentes. Ça ne peut plus continuer. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :