CGT ADDSEA

Site de la section CGT de l’ADDSEA

Colruyt : Nouvelle mobilisation après le licenciement de notre camarade Mélanie

Posted by dsinterim sur octobre 26, 2021

Ce 25 octobre, pour le troisième lundi consécutif, un rassemblement été organisé par la CGT devant le magasin Colruyt d’Arcey, non loi de l’Isle-sur-le-Doubs. A chaque fois, il s’agissait de manifester notre solidarité avec Mélanie, boulangère au Colruyt. Notons que Mélanie travaillait auparavant au Colruyt de Matay en 2020 où elle a subi du harcèlement moral et sexuel de la part d’un chef. Mélanie a dénoncé ces violences dont ele a été victime, le chef a eu une légère sanction et Mélanie s’est retrouvée mutée qui plus un sur un poste non-qualifié. La direction de Colruyt, dans la presse, se justifie, sans nier le harcèlement sexuel indiquant que «les faits se seraient produits en dehors du travail» ! C’est donc, dans cette affaire surtout Mélanie, la victime, qui a été sanctionnée. La CGT du Pays de Montbéliard est intervenue pour permettre, au moins, à Mélanie de retrouver son emploi de travailleuse qualifiée, à savoir boulangère. Sur ce, Mélanie a fait savoir qu’elle souhaiterait se présenter sur liste CGT aux prochaine élections au CSE pour défendre les droits des travailleuses et des travailleurs de Colruyt.

DSC03734

Le 11 octobre, Mélanie était convoquée pour un entretien préalable à éventuel licenciement. Un premier rassemblement a donc été organisé en solidaité avec cette camarade. Que lui reprochait la direction ? Rien sur son travail, mais des bribes de conversaton avec ses collègues, de s’intéresser par exemple à l’affichage des PV de CSE, de dire ce qu’elle pense du travail du dimanche, d’indiquer son désaccord (même si elle s’y soumet) avec les plannings… bref d’être une travailleuse qui refuse de se laisser faire et cherche à défendre ses droits.

Sans réponse suite à cet entretien, un nouveau rassemblement a été organisé le lundi 18 où était présents une bonne centaine de personnes. Le 21 octobre on apprenait le licenciement de notre camarade pour «cause réelle t sérieuse». Par écrit, on reproche à Mélanie des brides de conversations et d’intervention auprès de ses collègues, discussions tout ce qu’il y a de plis banal entre travailleurs, portant, effectivement sur les conditions de travail.

Ce 25 octobre, nous nous sommes donc retrouvés encore plus de 80 devant le Colruyt pour dénoncer l’odieux licenciement de notre camarade. Une manifestation spontanée a même été organisée dans le magasin.

Mélanie est donc licenciée, mais le combat va continuer, notamment devant les tribunaux, pour faire annuler ce licenciement scandaleux. Mélanie, dans une intervention devant les manifestants a eappelé que la liberté d’expression est théoriquement protégée tant par le code du travail que par la constitution… mais derrière la facade démocratique de l’Etat bourgeois, pour bien des salariés, les heures passées dans l’entreprise restent sous le joug de la dictature patronale, celle où l’on impose aux travailleuses et aux travailleurs de se taire, de ne pas émettre la moindre critique, et même d’accepter en silence le harcèlement sexuel, et surtout, surtout, de ne pas tenter de s’organiser pour se faire respecter sous peine de se faire licencier.

La lutte continue, pour que partout, dans le commerce comme ailleurs les travailleuses et travailleurs, seuls producteurs de richesses, puissent relever la tête, résister et faire reculer la dictature patronale !

Images du rassemblement du 25 octobre :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :