CGT ADDSEA

Site de la section CGT de l’ADDSEA

PSA : la direction privilégie la production au détriment des mesures sanitaires.

Posted by dsinterim sur septembre 26, 2020

L’Est Républicain, 24 septembre 2020 :

La CGT de PSA a tenu sa conférence de presse de rentrée mercredi 23 septembre. Voici ce que l’on peut en retenir

« Un accord perdant-perdant »

Fin juillet, la direction du site de Sochaux a annoncé l’instauration de nouveaux horaires de travail. L’accord a été paraphé par l’ensemble des organisations syndicales, à l’exception de la CGT. « Les conditions sont assez terribles pour ceux qui travaillent de nuit », proteste-t-elle. « Les opérateurs doivent travailler 37 minutes de plus à la fin de chaque séance. Un dimanche par mois, ils sont obligés de venir travailler le dimanche soir. Ils n’ont pas le choix. Ils quittent donc l’usine le samedi matin et y reviennent le dimanche soir. »

Si la durée légale du repos est respectée (onze heures minimum consécutives entre deux vacations), « ces salariés n’ont pas vraiment le temps de récupérer et n’ont plus de vie de famille. Les heures supplémentaires ont été payées au mois de septembre, mais rien ne dit qu’il en sera de même le mois prochain car cet accord, que nous qualifions de perdant-perdant, prévoit que ces heures aillent remplir les compteurs de modulation [ils se vident et se remplissent au gré de l’évolution des carnets de commandes, N.D.L.R.]. » La CGT appuie : « Un 2e dimanche travaillé dans le mois est à l’étude. Les opérateurs seraient alors sept jours sur sept à l’usine ! »

« Cinq minutes grignotées sur la pause déjeuner »

« La pause déjeuner est passée de 25 à 20 minutes », dénonce la CGT. « Comment voulez-vous déjeuner en si peu de temps ? Il faut quitter son poste de travail, se diriger vers les espaces restauration, se laver les mains, chauffer son repas au micro-ondes, désinfecter le micro-ondes, manger, se laver à nouveau les mains et regagner son poste de travail. C’est tout bonnement impossible ! La direction a beau jeu de menacer les salariés de sanctions s’ils ne respectent pas les gestes barrières alors que, dans le même temps, elle ne leur en donne pas la possibilité en raccourcissant la pause déjeuner. Elle privilégie la production au détriment des mesures sanitaires. »

« Il faut embaucher les intérimaires »

Les intérimaires sont actuellement 1 300 sur le site (2 000 avant le confinement en comptant l’équipe VSD qui n’a pas été remontée pour le moment). « On a fait un calcul », explique la CGT. « Au cours des quatre dernières années, le site a compté une moyenne de 1 900 intérimaires. Cela prouve qu’ils sont indispensables à la production et justifie notre revendication qu’ils soient tous embauchés. »

« Le télétravail à marche forcée »

La CGT dénonce le passage en force de la direction centrale, qui veut imposer 3,5 à 4 jours de télétravail par semaine, et l’absence de cadre. « Une majorité de salariés travaillent chez eux dans de mauvaises conditions », poursuit-elle en alertant sur « leur isolement, le délitement des liens sociaux et du travail d’équipe, le non-respect de la durée légale du travail ». Pour elle, « il faut mettre en place des garde-fous via le Code du travail et non via des accords d’entreprise. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :