CGT ADDSEA

Site de la section CGT de l’ADDSEA

Bavilliers : les salariés de l’Ehpad du Chênois protestent contre le manque d’effectifs

Posted by dsinterim sur février 22, 2019

L’Est Républicain, 21 février 2019 :

Près de trois semaines après l’emménagement du centre hospitalier de soins longue durée du Chênois dans ses nouveaux locaux, les agents étaient en grève mercredi. En cause, principalement, le manque d’effectifs.

« Baisser au maximum les effectifs dans les Ehpad, c’est une politique nationale », lance Bernadette Obermeyer, infirmière au centre hospitalier de soins longue durée (CHSLD) le Chênois et représentante CGT. Le syndicat est à l’initiative de l’appel à la grève dans l’établissement mercredi, suivi par FO et la CFDT, rassemblant une cinquantaine de personnes. « Notre nouvel environnement est beau, c’est certain, mais il n’y a pas assez de personnel », poursuit-elle. En janvier, le CHSLD a investi de nouveaux locaux, situés à Bavilliers. Avec 20 lits en plus, des résidents de l’Ehpad Marcel Braun, sans gonfler les rangs des agents.

« Les départs ne sont pas remplacés et on nous appelle sur nos jours de congé pour des remplacements », souffle Bernadette Obermeyer. Selon l’infirmière, une vingtaine de postes, infirmières et aides-soignants, doivent être supprimés, « dont les économies vont servir à payer les nouveaux bâtiments puisqu’il n’y a pas eu de subvention ».

« Pas le temps d’aller aux toilettes »

Pour le personnel soignant, le Chênois est encore loin de l’objectif : un agent pour un patient. Pourtant, la direction se défend : « Nous avons un ratio proche d’un soignant par lit, ratio parmi les plus élevés du département. » La représentante CGT n’est pas d’accord : « Avant le déménagement, il y avait une infirmière par service, aujourd’hui c’est plutôt deux infirmières pour trois services. »

Mélanie, elle aussi infirmière, déplore l’organisation de la structure : « Ce n’est pas que je ne sais pas gérer mon temps, juste que je ne peux pas me couper en deux. Je n’ai même pas le temps d’aller aux toilettes. »

« Je ne suis pas fermée au dialogue, je tiens compte de votre avis », indique à ses salariés la directrice du CHSLD, Marlène Techer. « Nous sommes obligés de composer avec les doléances des salariés, des familles, mais également des tutelles », précise-t-elle.

« Ma chambre pas nettoyée pendant 12 jours »

« Il ne faut pas vous faire d’illusion, il n’y aura pas d’effectifs en plus », lance Pierre Roche, le directeur de l’Hôpital Nord Franche-Comté, qui a pris la direction générale du CHSLD l’an passé. Pourtant, des effectifs, il en manque. Notamment pour assurer l’entretien. « Ma chambre n’a pas été nettoyée pendant douze jours », assure Bernard, un résident. « Certaines familles, mécontentes évidemment, ont assuré le relais. Une entreprise extérieure a fini par venir », déplore Bernadette Obermeyer.

« Douze jours sans nettoyage c’est impossible, cela s’est réglé bien avant », affirme la directrice de l’établissement. « Nous regardons pour ajuster tout ce qui peut l’être, comme cette partie hôtelière », précise-t-elle. Ajuster, oui. Gonfler l’effectif, c’est plus compliqué. « Cela signifierait augmenter le prix par journée, qui est actuellement à 67 euros. Et ça, personne ne veut l’entendre. » La direction compte rencontrer les agents de chaque service lors des trois prochaines semaines pour améliorer la situation et trouver des solutions.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :