CGT ADDSEA

Site de la section CGT de l’ADDSEA

Négociations Annuelles Obligatoires 2017… suite

Posted by dsinterim sur avril 10, 2018

Tract CGT ADDSEA :

Négociations Annuelles Obligatoires 2017… suite

En janvier 2018, la CGT annonçait qu’elle ne signait pas l’accord suite aux Négociations Annuelles Obligatoires.

Comme ni la CGT ni la CFDT n’ont signé cet accord, la direction générale a proposé des modifications.

– Concernant les comptables, rien n’est modifié par rapport à la première version. Passage de la grille Technicien Qualifié à Technicien Supérieur avec un échelon supplémentaire à compter du 1er novembre 2017 (effet rétroactif à cette date). Cela signifie qu’une comptable au coefficient 501 passe, non pas au coefficient 503, mais au coefficient 537. Les comptables, à l’unanimité, ont revendiqué de passer dans la grille Technicien Qualifié avec maintien de l’ancienneté. On reste donc loin du compte, même si cela va permettre à cette catégorie de personnel une hausse de salaire visible (environ 150 euros bruts).

– Concernant les ASI (Agents de Service Intérieur) : Selon la première version, les Agents de Service Intérieur (ASI) comptant au moins sept ans d’ancienneté au 31 décembre 2017 passaient dans la grille ouvrier qualifié avec effet au 1er janvier 2018 avec passage à l’échelon immédiatement supérieur. Cette première version ne concernait que les agents de service intérieur comptant sept ans d’ancienneté au 31 décembre 2017 et n’aurait pas été une mesure pérenne pour permettre les années suivantes à d’autres agents de passer ouvrier qualifié.

La nouvelle version transforme ce qui était un coup de pouce octroyé ponctuellement à douze salariés en droit acquis pour tous les ASI de l’ADDSEA avec « effet immédiat pour les salariés ASI qui atteindront 7 ans d’ancienneté ». Ainsi un ASI comptant 7 ans d’ancienneté passera automatiquement ouvrier qualifié et du coefficient 391 au coefficient 403 (soit un peu plus de 45 euros bruts par mois).

– Concernant les stagiaires, la direction reprend la revendication de la CGT et s’engage à verser aux stagiaires gratifiés :
– la prime « dimanches et jours fériés » (soit 2 x 3,77 euros par heure travaillée un dimanche ou un jour férié) ;
– les primes de camp, conformément à l’accord Camp (soit 38,11 euros bruts par nuit passée sur le lieu du camp et la « prime de transfert » de 3,77 euros x 3 par jour) ;
– le remboursement à 50% des abonnements de transport en commun.

Cela fait des années que la CGT se bat pour que les stagiaires aient accès à ces droits. En janvier 2016, suite à une question des élus CGT au Comité d’Entreprise, la direction générale avait déclaré que les stagiaires avaient droit à la prime dimanches et jours fériés avant de se rétracter peu après. Ce n’est que justice que les stagiaires aient aussi droit à ces primes !

Ces deux modifications, concernant tant les ASI que les stagiaires, ne seront prises en compte que si au moins deux organisations syndicales signent l’accord NAO. S’il n’y a qu’un seul syndicat signataire, il n’y aura pas d’accord mais une décision unilatérale de l’employeur limitée à la première version (sans le passage automatique des ASI ayant 7 ans d’ancienneté dans la grille ouvrier qualifié ni les primes accordées aux stagiaires). La CGT a donc décidé de signer cet accord pour que les ASI et les stagiaires puissent bénéficier de ces droits nouveaux.

Pour autant, nous continuons de considérer que cet accord est insuffisant et que nous sommes bien loin du compte face à la baisse continue de notre pouvoir d’achat. Nous maintenons donc l’ensemble de nos revendications et appelons les salariés à se mobiliser pour les faire aboutir.

Les comptables par exemple ont à deux reprises interpellé la direction générale par un courrier signé par l’ensemble des comptables pour appuyer leur revendication et la question de la grève a été posée. C’est par la mobilisation collective et la mobilisation collective seule que nous, salariés, pouvons espérer une véritable amélioration de nos conditions de vie et de travail !

Pour les prochaines négociations, un des enjeux sera que le montant de la somme attribuée à l’ADDSEA dans le cadre du CITS (Crédit d’Impôt sur la Taxe sur les Salaires) soit redistribuée pour améliorer le pouvoir d’achat des salariés.

Le montant total de cette somme pour l’ADDSEA est de 418.000 euros pour l’année 2017. Ce dispositif doit être reconduit pour 2018. On ne peut pas encore, aujourd’hui, être certain que les financeurs ne tenteront pas d’en récupérer une partie. Cet argent doit revenir aux salariés.

Or, selon les propos tenus par la direction générale lors du CE du 25 janvier 2018, « le souhait de l’ADDSEA est d’utiliser un tiers de cette somme pour la gestion des établissements et services, un tiers pour le siège et un tiers pour l’accompagnement des salariés. » Pour la direction, ce ne serait qu’une partie de ce dernier tiers qui pourrait être redistribués suite aux prochaines négociations aux salariés.

Pour nous, l’argent du CITS doit revenir aux salariés.

Dès à présent, commençons à discuter dans nos services et établissements à la fois des revendications à mettre en avant et des moyens que nous sommes prêts à nous donner (débrayages, grève, etc.) pour les faire aboutir.

Une Réponse vers “Négociations Annuelles Obligatoires 2017… suite”

  1. […] 2017, les sommes dues au titre des avenants n°340 et n°341 de la convention collective et/ou de l’accord NAO 2017.  Selon la direction générale, il n’est pas prévu de faire un versement systématique de ces […]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :