CGT ADDSEA

Site de la section CGT de l’ADDSEA

CCN 66 : Déclaration intersyndicale du 22 septembre 2017

Posted by dsinterim sur septembre 27, 2017

Déclaration commune de l’Union Nationale de l’Action Sociale CGT, la Fédération Nationale de l’Action Sociale FO et la Fédération SUD Santé Sociaux lors de la Commission Nationale Paritaire de Négociation de la Convention Collective 66 du 22 septembre 2017 :

L’Union Nationale de l’Action Sociale CGT, la Fédération Nationale de l’Action Sociale FO et la Fédération SUD Santé Sociaux se sont réunies à Paris le 13 septembre 2017.

Elles font le constat d’une situation générale très préoccupante et d’une rentrée alarmante dans le secteur social et médico-social :
– La misère salariale continue à progresser faute d’une réelle politique salariale, tel l’avenant 339 mis à la signature dans la CCNT 66 ;
– Les conditions de vie deviennent inacceptables pour des salariés du secteur précarisés par des salaires insuffisants et des garanties collectives qui ne cessent de se dégrader ;
– Les moyens attribués au secteur sont insuffisants, dégradant massivement les conditions de travail, au point de mettre en péril les missions de services publics qui lui sont déléguées ;
– Les droits collectifs des salariés et leur capacité à s’organiser librement dans le syndicat de leur choix continuent à être sabrés, en témoignent les ordonnances Macron qui poursuivent les attaques portées par la Loi El Khomri.

Les organisations CGT, FO et SUD dénoncent l’attitude des employeurs de notre secteur. Ils accompagnent les politiques d’austérité, acceptent la mise en concurrence comme dans le secteur de la protection de l’enfance et imposent ainsi des conditions de travail de plus en plus invivables et des conditions de rémunération inadaptées à l’augmentation du coût de la vie, indignes du travail fourni par les salariés et de la nécessaire qualité de la prise en charge pour les usagers.CGT, FO et SUD ne signeront pas dans la CCNT66, l’avenant 339 qui au-delà de la poursuite de la misère salariale, propose des négociations salariales dans les entreprises, conformément à la loi Travail et aux ordonnances Macron que nous combattons.

Dans le cadre de la hiérarchie des normes, la négociation des Conventions Collectives Nationales permet à chaque salarié de participer à la détermination collective des conditions de travail par l’intermédiaire de ses délégués et de ses représentants. C’est le principe de la liberté syndicale inscrit dans le préambule de la Constitution. Aujourd’hui, ce principe déjà mis à mal par des années de régression sociales, est à nouveau attaqué par la loi Travail et les ordonnances Macron. Pour preuve, à l’ordre du jour de cette séance de négociation, les employeurs proposent, conformément à la loi Travail, un avenant 341 sur la mise en place d’une nouvelle commission paritaire de négociation : la Commission Paritaire Permanente de Négociation et d’Interprétation (CPPNI): Les organisations CGT, FO et SUD n’acceptent pas les reculs qui y sont inscrits. Elles exigent d’ores et déjà, le maintien de 5 négociateurs par organisation pour les séances statutaires, de 3 négociateurs pour l’administration et le suivi des régimes de prévoyance (CNPTP). Concernant les prises de décision, elles doivent être prises à l’unanimité.

Les organisations CGT, FO et SUD tiennent à rappeler que l’austérité budgétaire et la déréglementation du travail sont les deux faces de la même politique antisociale imposée par les gouvernements successifs et appelée à se poursuivre avec les contre-réformes déjà annoncées : assurance-chômage, assurance maladie, formation professionnelle, comptes « individuels » contre la retraite par répartition… Les fédérations nationales CGT, FO et SUD exigent le retrait des ordonnances Macron, dans la continuité du combat en commun qu’elles ont mené contre la loi Et Khomri et dont elles demandent toujours l’abrogation. Ces ordonnances s’inscrivent ouvertement dans une marche vers le corporatisme et contre les principes républicains et les garanties collectives.

Elles rappellent leur opposition aux différents projets gouvernementaux que sont : la suppression des cotisations sociales chômage et maladie au 1er janvier 2018 ; l’instauration d’une retraite par point ; l’individualisation des droits à la formation professionnelle et le blocage des salaires et des pensions.

Dans cette période où ce gouvernement minoritaire poursuit pourtant la mise en oeuvre des ordonnances et annonce vouloir poursuivre les attaques contre tous les droits collectifs et particuliers des salariés, les Unions et Fédérations Nationales CGT, FO et SUD du secteur social et médico-social considèrent que la grève jusqu’à satisfaction des revendications est à l’ordre du jour. Elles appellent leurs syndicats à se réunir en assemblées générales avec l’ensemble des salariés pour préparer dans l’unité les conditions de ce nécessaire rapport de force .

Elles exigent :

  • Le Retrait des ordonnances Macron
  • l’Abrogation des lois El Khomri, Rebsamen et de la loi Macron de 2015
  • Le Rétablissement de la hiérarchie des normes et du principe de faveur
  • Le Maintien de tous les droits syndicaux et des Instances Représentatives du Personnel.
  • La Suppression de la CSG et de la CRDS.
  • La Fin des exonérations de cotisations patronales et restitution des fonds accordés jusqu’alors.
  • Augmentation générale des salaires et des pensions

Elles disent :

  • Non à la fusion des instances représentatives. Non au référendum patronal !
  • Non au plafonnement des indemnités de licenciement !
  • Non à la casse de la Sécurité Sociale de 1945, fondée sur le salaire différé́. Non à son financement par l’impôt !

Télécharger la déclaration en PDF : declaration-intersyndicale-22-sept-2017-ccnt66

Le projet d’avenant à la CC 66 qui propose une nouvelle fois une hausse de 2 centimes du points mais qui ne saurait être applicable qu’après un agrément : CCN66-Avenant-339-2017-08-30-Politique-salariale-2017-site

Publicités

2 Réponses to “CCN 66 : Déclaration intersyndicale du 22 septembre 2017”

  1. […] CCN 66 : Déclaration intersyndicale du 22 septembre 2017 […]

  2. […] 12 octobre : Début des négociations sur la rémunération, le temps de travail et la valeur ajoutée « CGT ADDSEA sur CCN 66 : Déclaration intersyndicale du 22 septembre 2017 […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :