CGT ADDSEA

Site de la section CGT de l’ADDSEA

Meurthe-et-Moselle : « On en arrive à faire de la maltraitance institutionnelle, car nos moyens sont insuffisants »

Posted by dsinterim sur juillet 2, 2017

Le Républicain Lorrain, 1er juillet 2017 :

« On en arrive à faire de la maltraitance institutionnelle, car nos moyens sont insuffisants par rapport au travail social grandissant, le tout dans un contexte où notre nouveau gouvernement (comme l’a fait l’ancien d’ailleurs), parle de réaliser encore des économies sur les dépenses publiques de la fonction publique territoriale. C’est-à-dire que la protection de l’enfance, qui connaît une situation dégradée nationalement, est classée par nos hommes politiques dans la catégorie dépenses. C’est insupportable. Et puis nos journées peuvent atteindre 15 heures, et les titulaires sont remplacées par des contractuelles au salaire très bas. » Devant la maison du département, à Longwy-Bas, Anne Doyon, membre de la commission exécutive de la CGT au niveau des services départementaux et travailleuse sociale à l’aide à l’enfance, Jenny Barneaud, assistante sociale, et leurs collègues interpellent les passants et distribuent des tracts CGT, SUD, Force ouvrière et FSU.

Elles sont rejointes par des mamans qui les soutiennent, et qui sont en colère de voir ces salariées partir sous d’autres cieux, plus cléments, car étant trop épuisées. « Le turnover est énorme chez nous, car on n’en peut plus, ce qui casse les liens avec les familles. Les nouvelles professionnelles partent à peine arrivées, car sont pressurisées. On réclame également sur le territoire de Longwy-Briey une unité de protection, pour les 0-4 ans, car les parents et les enfants sont obligés d’aller jusqu’à Nancy pour se rencontrer. Et quand ils n’ont pas les moyens de se payer le trajet, ils ne se voient pas. »

Manque de disponibilités, de structures d’accueil « vraiment accueillantes », de moyens humains (« il manque des assistantes familiales par exemple »), explosion du nombre de jeunes à suivre qui oblige à en laisser de côté certains, investissements du Département au Maroc « alors qu’ici on n’y arrive pas » et… « manque d’écoute. On fait des grèves, on envoie des courriers, etc. Mais on n’a aucune réponse. Ça suffit. En bout de chaîne, il y a des enfants, de plus en plus en difficulté. Et ces difficultés se transmettent de génération en génération. »

Publicités

Une Réponse to “Meurthe-et-Moselle : « On en arrive à faire de la maltraitance institutionnelle, car nos moyens sont insuffisants »”

  1. […] Meurthe-et-Moselle : « On en arrive à faire de la maltraitance institutionnelle, car nos… […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :