CGT ADDSEA

Site de la section CGT de l’ADDSEA

Squat rue Denfert-Rochereau à Besançon : Jugement renvoyé au 7 mars

Posted by dsinterim sur février 15, 2017

Depuis la mi-décembre, une dizaine de personnes sans-abris vivent dans un appartement vide depuis 7 ans au 6 rue Denfert-Rochereau à Besançon. Ce mardi 14 février, ils étaient assignés devant le Tribunal d’Instance qui a renvoyé l’affaire au 7 mars.

100_4204

A Besançon comme ailleurs, de nombreux logements sont vides. En France, on compte 2,6 millions de logements vacants. Et pourtant, des personnes vivent à la rue, y compris des mineurs. Au niveau européen, une étude de 2014 montre qu’il y a trois fois plus de logements vacants que de sans-domiciles. Il serait donc possible de loger tout le monde, d’autant que la loi permet la réquisition des logements vides. Il scandaleux que des gens  vivent à la rue alors que des logements sont vacants et laissés à la spéculation, scandaleux que le droit à la propriété des riches prime sur le droit à une vie décente pour toutes et tous.

Une manifestation aura lieu ce samedi 18 février à 14 heures Place Pasteur à Besançon contre les expulsions de sans-papiers, pour la régularisation des sans-papiers et en soutien au squat rue Denfer-Rochereau.

Appel à la manifestation :

v4_aff_manif_18-02-17Il est également possible de passer au squat 6, rue Denfer-Rochereau les jeudis de 18 à 21 heures ou les dimanches de 14 à 17 h (où on peut ramener des vêtements et chaussures).

Article de l’Est Républicain, 30 janvier 2017 :

Le squat, dernier refuge possible

Depuis mi-décembre, une dizaine de sans-abri et de migrants sont logés dans un appartement inoccupé du centre-ville. Vendredi, ils ont reçu la visite d’un huissier.

Malgré les moulures et le beau parquet, le logement n’est pas franchement luxueux. Les minuscules radiateurs soufflants d’appoint sont parfois l’unique source de chaleur que les occupants peuvent trouver. Pourtant, le squat de l’avenue Denfert-Rochereau est toujours une meilleure alternative que la rue. Surtout lors des épisodes climatiques rudes, comme celui de ces derniers jours.

Ils sont neuf, répartis dans trois chambres, meublées sommairement : matelas souvent au sol, une table, une chaise. Certains sont là depuis quelques semaines, d’autres sont de passage. Tous ont un point commun : ils n’avaient aucune autre solution de logement. Cet appartement de 150 m² n’était plus occupé depuis plus de 7 ans, d’après le collectif Asile Besançon. Oublié à tel point que « la porte n’était même pas verrouillée ». Ils n’ont eu qu’à la pousser, installer quelques matelas obtenus grâce aux dons, et remettre le lieu en ordre pour s’y installer. « Au début, nous avons proposé le squat aux personnes dans la rue. Maintenant, ce sont les migrants eux-mêmes qui proposent aux personnes dans le besoin », explique Adeline.

Parmi les occupants, un jeune Soudanais. Seulement 19 ans et déjà deux années en France, à passer d’un logement précaire à un autre, avec un passage par Calais et un autre par Montbéliard. Sur les murs de l’appartement, des pancartes « interdit de fumer », « respecter le repos des autres », ou un texte, en plusieurs langues, qui explique comment trier ses déchets. Une autre feuille rappelle aussi aux occupants la législation, en cas de tentative d’expulsion intempestive et illégale.

« Les autres habitants de l’immeuble les soutiennent. Ils ont même appelé l’agence pour dire qu’ils ne les dérangeaient pas », affirme une riveraine. Une cohabitation semble-t-il en bonne intelligence, que le collectif souhaite voir durer le plus longtemps possible. Ou en tout cas, le temps de trouver des solutions de logement. Pour absorber les demandes, le collectif affirme avoir ouvert un second lieu d’accueil dans un lieu qu’il préfère garder secret.

7 ans : la durée pendant laquelle l’appartement n’était plus occupé d’après les militants.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :