CGT ADDSEA

Site de la section CGT de l’ADDSEA

Lettre des Correspondants de Nuit au Maire de Besançon

Posted by dsinterim sur avril 21, 2016

Lettre des salariés du Service des Correspondants de Nuit au maire de Besançon envoyée le 20 avril 2016 :

Monsieur le Maire,

Depuis le 31 mars 2016, par décision unilatérale de la ville de Besançon, le Service des Correspondants de Nuit (service géré par l’ADDSEA) est définitivement fermé. Ce service fonctionnait encore de façon très réduite depuis le 1er janvier 2016 avec deux salariés. Pendant ces derniers mois, les salariés ont souffert d’une dégradation de leurs conditions de travail : impossibilité de répondre aux demandes des usagers, attente sans espoir de l’annonce des licenciements…

Cdn20a

En janvier déjà, trois salariés de ce service ont été licenciés économiques par l’ADDSEA. A ce jour, ces trois salariés n’ont toujours pas retrouvés d’emploi. Le vendredi 15 avril, la direction générale de l’ADDSEA a annoncé au Comité d’Entreprise la fermeture définitive du service et le licenciement probable des deux salariés restants.

Après neuf ans de « bons et loyaux services », avec des conditions de travail particulièrement dures (horaires de nuit, nombreux accidents de travail, agressions, etc.), et malgré l’investissement des salariés auprès de la population des quartiers populaires de Besançon, les salariés licenciés n’ont obtenu qu’une prime extra-légale équivalente à deux mois de salaire, et encore s’ils n’ont pas retrouvé d’emploi au bout de six mois.

Si ces salariés ont travaillé en sous-traitance pour la mairie de Besançon, la municipalité a juste qu’à ce jour refusé d’accorder la moindre enveloppe pour financer des primes extralégales ou d’autres mesures sociales pour les ex-salariés du Service de Correspondants de Nuit. Aucune véritable politique n’a non plus été menée pour permettre le recrutement avec maintien de la rémunération de ces salariés par la ville de Besançon.

Nous réitérons donc notre demande à la ville de Besançon pour que, à défaut de propositions de postes à la ville, elle s’engage pour verser une enveloppe permettant à chacun des salariés licenciés d’avoir une prime de licenciement de 20.000 euros minimums.

Aussi nous vous demandons un rendez-vous pour aborder au plus vite cette question.

Veuillez agréer, Monsieur le Maire, l’expression de nos sincères salutations.

Les salariés du Service des Correspondants de Nuit, soutenus par le syndicat CGT de l’ADDSEA

Lettre en PDF : DocScan

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :