CGT ADDSEA

Site de la section CGT de l’ADDSEA

Débrayage au CADA Albert Camus de Bethoncourt

Posted by dsinterim sur novembre 25, 2015

Communiqué des salariés du CADA Albert Camus de Bethoncourt suite à leur débrayage le 19 octobre (100% de grévistes).

REVENDICATIONS SUITE AU DEBRAYAGE DU 19 NOVEMBRE 2015

Toute l’équipe de Béthoncourt a décidé de se réunir pour un débrayage ce jour, le 19 novembre 2015, de 11 h 15 à 12 h 15 afin de faire part, une fois de plus, à la Direction Générale des nombreux dysfonctionnements auxquels nous sommes confrontés.

Depuis trop longtemps, l’équipe de Béthoncourt ne se sent pas soutenue et se sent maltraitée par l’ADDSEA.

Depuis janvier 2011, le site de Béthoncourt ne cesse d’accroitre et de diversifier son activité. L’équipe a doublé sans pour autant bénéficier d’un encadrement sur site. A ce jour, le CADA accueille dans ses murs 160 personnes. Nous tenons à préciser que 3 appartements dispositif « réfugiés », 1 appartement CADA et 1 HUDA sont vides, soit la possibilité d’accueillir jusqu’à encore 21 personnes. N’oublions pas le travail d’accompagnement social et juridique effectué dans le cadre de la PADA, qui ne cesse, au vu de la situation géopolitique actuelle, de croître et de se complexifier.
Nous tenons à rappeler que le site de Béthoncourt devrait ouvrir en janvier 2016 six places MIE supplémentaires et 30 places DIAL. L’équipe a toujours répondu présente et le refera volontiers dans la mesure où la Direction Générale et la Direction de notre Pôle nous donnent les moyens de remplir nos missions dans de bonnes conditions.

Or à ce jour, notre réalité quotidienne se résume à de la maltraitance, du manque de considération, une surcharge de travail épuisante et des risques socio-sanitaires de plus en plus préoccupants.

En effet, la maltraitance au sein de notre service se traduit par :
– Surcharge de travail et cumul des heures supplémentaires.
– Gestion de l’urgence en permanence et réalisation d’autres missions qui relèvent de celles d’un CAUDA. En conséquence directe, les travailleurs sociaux et juristes ne sont plus en capacité de réaliser un accompagnement décent auprès des usagers.
– Ouverture des dispositifs sans validation de budget, donc sans moyen humain et matériel pour la mise en place et le fonctionnement.
– Manque évident de moyens humain et matériel
– Et de façon générale un manque de cohérence et de soutien de la part de notre Direction et de la Direction Générale de l’association.

Dans un second temps, nous déplorons depuis bien trop longtemps un manque de considération malgré de nombreuses remontées et sollicitations de la part de l’équipe.
– A l’issue de la dernière réunion de Pôle de septembre 2015, la Direction Générale et la Direction de l’Association se sont engagées à venir rencontrer l’équipe de Béthoncourt sur site courant octobre. Or cette promesse n’a pas été tenue !
– Précédemment, nous avions fait état de l’accroissement du site de Béthoncourt. Or, dans la projection de la mise en place du Secteur CADA-PHL, il est envisagé une mutualisation du personnel comptable. Pensez-vous sincèrement qu’avec une telle activité, le CADA de Béthoncourt peut se passer d’une comptable sur site ? La disparition de ce poste sur site se répercutera inévitablement sur le seul personnel administratif présent, soit la secrétaire qui, rappelons-le, n’est pas comptable !

Le CADA a des flux de liquidités pouvant être astronomiques par semaine. Dans ces conditions, l’absence de comptable est impensable. Ceci serait une aberration.

– Non définition des missions des travailleurs sociaux intervenant sur la coordination MIE et le service « réfugiés ». Pas de soutien de la Direction lorsque certains postes doivent évoluer. Délégation par « omission » de certaines missions de cadre.

– Tuberculose, gale, hépatites …. La situation actuelle fait que nous sommes tous exposés à des risques socio-sanitaires. Pour autant la Direction néglige les risques de contamination pour les usagers, les salariés et les partenaires.

Pour terminer, nous insistons sur le fait que nous considérons que nous n’avons toujours pas de cadre présent sur site. En effet, le Directeur Adjoint ne remplit pas ses missions et n’assume pas ses responsabilités.

Face à cette situation de souffrance générale que nous déplorons, nous demandons au Directeur Général, à la Présidente de l’association, au Responsable des Ressources Humaines de venir rencontrer toute l’équipe dans nos locaux dans un délai de quinze jours. Cette rencontre nous permettra de rendre visible nos conditions de travail et de revenir en détail sur les divers points abordés précédemment. Nous attendons également de cette rencontre des réponses claires et/ou des solutions.

Nous nous réservons le droit de débrayer à tout moment ou de prendre toutes autres mesures si ces revendications ne sont pas entendues.

L’équipe du CADA de Béthoncourt

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :