CGT ADDSEA

Site de la section CGT de l’ADDSEA

Courrier intersyndical à la présidente de l’ADDSEA

Posted by dsinterim sur mars 31, 2014

Le 13 mars, les délégués syndicaux des organisations CGT, CFDT, SUD et Force Ouvrière ont rencontré la présidente de l’ADDSEA pour faire part des inquiétudes des salariés concernant l’emploi et les conditions de travail. Les organisations syndicales ont, suite à cette rencontre, envoyé un courrier à la présidente :

Objet : rencontre du 13 mars 2014

Besançon, le 18 mars 2014

Madame la Présidente,

Suite à la cérémonie des vœux de l’association, le 21 janvier dernier, où vous aviez refusé une intervention des organisations syndicales, vous nous avez reçus, assistée de M. DONNET, Directeur Général et de M. GABLE, RRH, le 12 mars 2014, au Siège de l’ADDSEA.

En préambule, vous avez tenu à réagir au tract de l’intersyndicale, diffusé lors de cette cérémonie des vœux. Vous avez contesté plusieurs affirmations dénonçant la responsabilité de l’ADDSEA dans les restructurations en cours et imposées par les financeurs. Vous avez répondu que l’ADDSEA continue à défendre un certain nombre de valeurs et la dignité. Vous avez affirmé que l’ADDSEA défendait l’emploi et l’intérêt des salariés. Vous avez affirmé enfin votre volonté de défendre le dialogue social au sein de l’association.

En réponse et en préambule, les organisations syndicales vous ont questionné sur la présence d’un véhicule de Police devant la salle où se tenait la cérémonie des vœux de l’ADDSEA, idée contraire s’il en est du dialogue social. Vous avez affirmé que ce n’est pas l’ADDSEA qui a sollicité cette présence de la Police.

Les quatre organisations syndicales vous ont confirmé leurs inquiétudes et vous ont alerté sur les effets néfastes des restructurations au sein de l’ADDSEA, via la mise en place des CPOM. A travers plusieurs exemples (les ITEP, le Service AEMO, le PE2A), nous avons dénoncé la perte d’emplois et la précarisation. Nous vous avons expliqué la dégradation constante des conditions de travail et ses conséquences : la pression sur les salariés due à une augmentation exponentielle du volume de travail, le stress grandissant, la perte de sens du travail et, à terme, le risque de démotivation, autant de phénomènes entraînant inévitablement une perte de la qualité du travail et du service rendu aux bénéficiaires.

Face à cette situation inquiétante, et même si elles ne nient pas la réalité économique aujourd’hui très dégradée, les organisations syndicales attendent d’abord et avant tout que l’ADDSEA défende les conditions de travail et se fasse le relais auprès des financeurs des inquiétudes des salariés. Elles attendent un signe fort de la part de l’employeur de sa résistance face aux pressions et injonctions de ces mêmes financeurs. Or, plus que jamais, les évènements montrent que l’ADDSEA est bien réduite à un rôle de sous-traitant.

Vous contestez vigoureusement ce rôle de sous-traitant et vous affirmez au contraire que l’ADDSEA « négocie » face aux financeurs. Vous en appelez également à la nécessaire évolution des institutions qui passe par une perpétuelle adaptation au contexte extérieur.

Les organisations syndicales vous alertent également sur le fossé qui se creuse entre les salariés et le Conseil d’Administration. Au lendemain de la grave crise sociale de l’ADDSEA, dans les années 2006 à 2008, les salariés ont espéré le retour à un dialogue social plus fructueux. Aujourd’hui, avec cette dégradation des conditions de travail, les salariés ont l’impression de ne pas être, à nouveau, entendus. Un manque de confiance se réinstalle peu à peu entre les salariés et les instances dirigeantes et constitue assurément un risque sérieux pour le dialogue social.

Illustrant votre volonté de la bonne marche de l’entreprise, vous évoquez votre « souci d’un management qui fonctionne ». Les organisations syndicales vous alertent justement sur le comportement de certains directeurs d’Etablissement et de Service qui, aujourd’hui encore, reprennent les mêmes méthodes de management, irrespectueuses et violentes que celles de l’ancien directeur général, Alain LECUYER et qui, par ailleurs, résistent fortement, voire sabordent les efforts de l’actuelle direction générale dans sa mise en place d’un dialogue efficient, notamment avec les IRP et les organisations syndicales. Pour les organisations syndicales, cette situation inquiétante constitue un danger avéré pour l’association.

Par la voix du Directeur général, vous reconnaissez ces difficultés actuelles et indiquez qu’elles pourront trouver une solution, entre autre, à travers les entretiens professionnels, actuellement élaborés.

En conclusion de cette première rencontre, vous proposez de recevoir les organisations syndicales au rythme de 2 rencontres annuelles. Les organisations syndicales s’en déclarent d’accord.

Dans l’attente, veuillez agréer, Madame la Présidente, l’expression de nos salutations distinguées.

Pour l’intersyndicale ADDSEA

CFDT – FO – CGT – SUD

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :