CGT ADDSEA

Site de la section CGT de l’ADDSEA

Mesures sur la « compétitivité » : Faire les poches de la population pour remplir les caisses des patrons

Posted by dsinterim sur novembre 8, 2012

Tract de la CGT PSA Mulhouse, 7 novembre 2012 :

Mesures sur la « compétitivité » : Faire les poches de la population pour remplir les caisses des patrons

Petit rappel des faits…

Episode 1 : depuis des mois, les patrons dénoncent le « coût du travail » qui serait trop élevé et les cotisations sociales qu’il faudrait baisser.

Episode 2 : le président Hollande demande à Gallois (ancien patron de la SNCF et du groupe aéronautique EADS) de faire des propositions sur la « compétitivité ».

Episode 3 : 98 patrons écrivent une lettre pour dire qu’ils sont arrivés « au bout du supportable » et qu’il leur faut 30 milliards de baisse des cotisations sociales.
« Au bout du supportable » ? Les 40 plus grandes entreprises vont verser cette année 39 milliards d’euros aux actionnaires (+5% en 1 an) !

Episode 4 : le gouvernement reprend dans les grandes lignes les propositions du patron Gallois.

Mardi, le gouvernement a annoncé qu’il allait faire un cadeau de 20 milliards aux entreprises, qui serait facturé à la population avec une hausse de la TVA.

Les cotisations sociales, ça sert à quoi ?

Appelées « charges sociales » par les patrons et par les médias, ce sont des sommes prises sur notre salaire et qui servent à financer notamment la sécurité sociale, les caisses de chômage ou la retraite. Une baisse des cotisations sociales de 20 milliards pour les entreprises va donc engendrer de nouveaux déficits, notamment pour la sécurité sociale… et des dépenses de santé en augmentation pour la population.

Pourquoi ce cadeau ?

D’après le gouvernement, ce chèque de 20 milliards va servir à relancer les investissements des entreprises, donc les créations d’emplois. En réalité, cela fait des années que les entreprises ne payent pas les cotisations qu’elles doivent, mais elles ne créent pas d’emplois pour autant : elles licencient, et le chômage augmente !

Et depuis 2004, les entreprises consacrent plus d’argent pour les dividendes aux actionnaires que pour les investissements. Autrement dit, elles « investissent » dans la spéculation boursière, dans le profit à court terme, dans l’enrichissement d’une minorité, mais pas dans la production.

Si les entreprises payent moins de cotisations sociales, les prix vont baisser ?

Depuis des années que cela a lieu, on n’a pas vu les prix baisser pour autant. Ce que les entreprises ne payent pas en cotisations ou en impôts, elles le gardent en bénéfices ou en dividendes.

En plus, nos salaires représentent très peu dans le prix de revient d’une voiture : selon l’expertise de Secafi, les salaires représentent 8,5% du prix de revient d’une 208 par exemple. Autrement dit, ce ne sont pas nos salaires qui « coûtent » cher, mais les marges que réclament les actionnaires et la famille Peugeot !

Si les patrons payent moins, ils gagneront en compétitivité ?

Avec tous ces discours sur le coût du travail, on voudrait nous faire croire que les intérêts du patron et les nôtres sont les mêmes. Que s’il paye moins d’impôts, il vendra plus, et que ça permettra des embauches, des meilleurs salaires, etc.
On nous sert ces arguments depuis des années, mais la réalité est toute autre.

  • Effectivement, PSA vend plus : entre 2006 et 2011, +25% (2,8 millions de voitures en 2006 ; 3,55 millions en 2011).
  • Mais nous sommes toujours moins nombreux : 128 500 dans la branche auto en 2006, et 122 800 en 2011 (effectifs mondiaux).
  • Quant à nos salaires… A part Varin, qui peut dire qu’il vit mieux qu’il y a quelques années, avec un meilleur pouvoir d’achat ?

Alors cette compétitivité est un piège, car quand les entreprises sont en concurrence pour gagner des parts de marché, ce sont toujours les salariés qui en payent les conséquences.

Ce nouveau cadeau aux entreprises s’ajoute à tous les dispositifs qui existent déjà et qui leur permettent de ne pas payer une bonne partie des cotisations ou des impôts. De plus, les exonérations seront valables pour tous les salaires jusqu’à 2500 euros : moins on gagne, plus le patron touche de l’Etat ! Une raison supplémentaire pour lui de bloquer au maximum nos salaires…

Quant à la hausse de la TVA qui a été annoncée, elle va amputer encore notre pouvoir d’achat, alors que c’est l’impôt le plus injuste car on paye tous la même TVA, que l’on soit smicard ou millionnaire.

Dans une période où il ne se passe pas un jour sans que l’on apprenne de nouveaux plans de licenciements, le gouvernement s’apprête à verser des milliards aux patrons sans même exiger d’eux qu’ils arrêtent de fabriquer du chômage ! Et derrière ce discours sur la compétitivité se profilent des « accords » à l’image de ce qui s’est fait à Sevelnord, avec le blocage des salaires, des suppressions d’emplois, des congés en moins et plus de flexibilité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :