CGT ADDSEA

Site de la section CGT de l’ADDSEA

Besançon : Une Rom et son fils de 12 ans, en rétention

Posted by dsinterim sur septembre 17, 2011

Nouveau et 11° rassemblement pour cette fin d’été contre les expulsions d’étrangers / demandeurs d’asile mardi 20 septembre 17H30, devant la Préfecture de région, préfecture du Doubs à Besançon.

Est Républicain, 17 septembre 2011 :

Rom de Roumanie d’une quarantaine d’années, Otilia Ianocka a été interpellée mercredi par la police nationale, place Cassin, à Besançon où elle faisait la manche. Elle a aussitôt été envoyée dans un centre de rétention à Rouen, où l’association France Terre d’Asile l’a prise en charge.

Suivant des cours d’alphabétisation, Otilia Ianocka avait cru bon faire un aller-retour express en Roumanie, pensant lever l’obligation de quitter le territoire français, (OQTF), qui lui avait été signifiée. Mais cette démarche est «un piège», estime Jean-Jacques Boy, ingénieur de recherche, animateur du Comité de défense des droits et libertés des étrangers (CDDLE). Le préfet a en effet pris une nouvelle OQTF en procédure d’urgence. D’où le recours en urgence déposé devant le tribunal administratif de la ville normande pour contester son expulsion. L’audience devrait se tenir lundi.

Jeudi, à la demande de sa mère, son fils de 12 ans, Adrain, scolarisé en sixième au collège Diderot, qui logeait avec elle dans une résidence sociale de Besançon, l’a rejointe, escorté par la police. Plusieurs signatures demandant sa libération ont été recueillies dans l’établissement et jointes au recours administratif qui invoque également l’état de santé fragile de Mme Ianocka.

Son arrestation intervient dans un contexte où 18 Roms adultes font l’objet d’OQTF. Tous hébergés dans cette résidence sociale avec une quinzaine de mineurs, ils se sentent traqués et sortent rarement. «Beaucoup dépriment», ajoute Jean-Jacques Boy pour qui «Besançon est un cas d’école avec ces 33 personnes, là depuis plusieurs années, connues des services sociaux. La cellule de réflexion annoncée par le préfet ne s’est réunie qu’une fois. Nos associations ont eu la promesse de la Ville et du Conseil général pour la tenue d’une nouvelle réunion ayant pour but la mise en place d’une structure d’aide à la socialisation des Roms. Un financement existe via un programme européen Feder. On doit pouvoir facilement trouver un hébergement, aider à la scolarisation et la santé, accompagner… Nous sommes dans une course de vitesse avec la préfecture qui donne l’impression de vouloir arrêter petit à petit les gens».

Le CDDLE poursuit mardi à 17 h 30 son rassemblement hebdomadaire devant la préfecture.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :