CGT ADDSEA

Site de la section CGT de l’ADDSEA

A propos de la commission « dialogue social »

Posted by dsinterim sur avril 14, 2011

Jeudi 14 avril, la CGT, comme les autres organisations syndicales de l’ADDSEA, était invitée à une réunion de la « commission dialogue sociale du Conseil d’Administration » dont le principal point à l’ordre du jour est « comment définir et améliorer les pratiques du dialogue social ? » et dont le thème est « Quel dialogue social après la crise ? ». Voici le communiqué lu à cette occasion au nom du syndicat CGT ADDSEA avant de quitter la réunion. Il est à noter que la CFDT, dénonçant dans un communiqué à la fois la présence dans cette commission d’administrateurs en place lors de la lutte pour la réduction du temps de travail et les nombreuses entraves récentes au fonctionnement du CE et du CHSCT, a aussi quitté cette réunion.


COMMUNIQUE CGT ADDSEA A PROPOS DE LA « COMMISSION DIALOGUE SOCIAL » DU 14 AVRIL 2011

Pourquoi la CGT ne participe pas à cette commission

Comme les autres organisations syndicales de l’ADDSEA, la CGT est invitée à une réunion de la « commission dialogue social du Conseil d’Administration » dont le principal point à l’ordre du jour est « comment définir et améliorer les pratiques du dialogue social ? » et dont le thème est « Quel dialogue social après la crise ? ».

« Dialogue social » est une expression à la mode qui sous-entend toute une idéologie selon laquelle employeurs et employés seraient des « partenaires sociaux » et auraient des intérêts communs. En effet, nous serions « tous dans la même galère »… sauf que ce sont toujours les mêmes qui rament et les mêmes qui tiennent le gouvernail et le fouet, sans parler de celles et ceux, jugés « pas assez rentables », qui ont été jetés à la mer et se noient dans le chômage ou, au mieux, les emplois précaires qui permettent de respirer encore un peu avant de couler.

La réalité, celle de millions et de millions de travailleuses et travailleurs, est à mille lieux de cette illusion de « dialogue social ». Du sommet de l’Etat aux conseils d’administration de chaque entreprise, on n’a jamais autant parlé de « dialogue social ». Et plus on parle de « dialogue social » et plus les droits acquis par nos aîné(e)s, non par le « dialogue » mais de haute lutte, sont remis en cause, plus les fins de mois sont difficiles et commencent de plus en plus tôt pour des millions de travailleuses et de travailleurs, plus la précarité, la souffrance au travail, les horaires atypiques, les licenciements… se multiplient. A l’heure du « dialogue social », deux salariés se suicident chaque jour sur leur lieu de travail en France, et le nombre de salarié(e)s qui, pour se nourrir, font la queue devant les restaurants du cœur ne cesse d’augmenter. Et ne parlons même pas de nos sœurs et frères qui, parce qu’ils n’ont pas la bonne carte d’identité, doivent, en plus des pires conditions d’exploitation, vivre avec la peur au ventre d’être contrôlés, enfermés derrière les barbelés des camp de rétention et expulsés.

Bref, plus on nous parle de « dialogue social » et plus nos conditions de vie et de travail se dégradent, plus la véritable guerre sociale menée par le patronat et les gouvernements successifs à son service contre notre classe sociale s’intensifie. Le « dialogue social » et tous les discours de pacification sociale ne signifient que la paix des vainqueurs, ou pour être plus exact l’intensification des attaques du patronat auxquels nous ne devrions pas résister. D’ailleurs, lorsque, les travailleuses et travailleurs ne se laissent plus faire, ce n’est pas le discours du « dialogue social » qu’ils entendent, mais font face à tout un appareil d’Etat au service exclusif du patronat. Réquisition et menace de prison ferme contre les ouvriers des raffineries en grève, assaut des forces anti-terroristes contre les travailleurs de la SNCM, acharnement judiciaire contre notre camarade Xavier Mathieu, etc. etc.

La réalité, notre réalité à nous les travailleuses et les travailleurs salarié(e)s, ce n’est pas le « dialogue social ». Ce que nous avons appris, c’est que ce n’est que par la lutte acharnée que nous pouvons arracher la plus petite amélioration. Nous ne croyons pas au « dialogue social », mais nous constatons chaque jour la réalité de ce qui s’appelle la lutte des classes. Il n’y a pas, entre travailleurs et patronat, un « intérêt commun » mais des intérêts antagonistes. Il suffit pour s’en rendre compte de voir comment les profits s’envolent dès qu’un « plan social » est annoncé.

Et l’ADDSEA n’est pas un îlot, sous prétexte qu’il s’agirait du secteur non-lucratif, séparé du reste du monde et de la société. Comme ailleurs, de plus en plus de salarié(e)s n’arrivent plus à joindre les deux bouts, comme ailleurs, on assiste au développement du travail précaire, des postes sont supprimés, alors que la souffrance au travail s’accroît. A propos des salaires, les dernières NAO (Négociations Annuelles Obligatoires) n’ont été signées par aucune organisation syndicale, car, en effet, il y a bien des « négociations obligatoires » sur les salaires, mais pas d’augmentations obligatoires. Et, pour nous les salarié(e)s, c’est plus de hausse de salaires, de l’indexation des salaires sur la hausse des prix par exemple, dot nous avons besoin que de discussions ! D’ailleurs, alors qu’une réunion sur le « dialogue social » est proposé, les instances prévues comme le CE ou le CHSCT ne sont pas respectées. Depuis combien de temps, par exemple, le CE n’a-t-il pas reçu le bilan annuel obligatoire sur l’égalité hommes / femmes ? Concernant les conditions de travail, la restructuration se poursuit, avec ses déménagements et ses suppressions de postes, sans que le CHSCT ne soit consulté. Faut-il rappeller comment les fermetures d’établissements déjà opérées à l’ADDSEA se sont déroulées ? L’inquiétude que cela a pu sucitée chez les salariés concernés qui ne demandaient qu’à être informés ou pour le moins entendus ? C’est vrai, les salarié(e)s de l’ADDSEA ne crèvent pas de silicose, mais combien qui souffrent de dépression ? Combien qui voient la moitié de leurs week-ends gâchés par une boule au ventre à la simple idée de retourner au travail lundi ? Faut-il rappeler que selon les chiffres officiels c’est dans le secteur de la santé et de l’action sociale que l’on compte le plus grand nombre de suicides chez les salarié(e)s ? Sans compter que les salarié(e)s de l’ADDSEA, cette structure de sous-traitance des services d’Etat et des collectivités locales, subissent les menaces des coupes budgétaires et des politiques d’austérité, tout comme les attaques contre la convention collective et les décennies de politiques anti-ouvrières.

Alors, non, la crise ne peut pas s’écrire qu’au passé car elle est belle est bien toujours présente. Si la lutte pour la réduction du temps de travail et pour récupérer l’argent de notre passif est terminée, nous sommes par contre bien loin d’être dans une « après crise ». Pour la CGT ADDSEA des luttes, bien plus dures que celle qui a eu lieu sur le temps de travail, sont de plus en plus nécessaires. Et bien loin de chercher à « maintenir la paix sociale », nous considérons que notre but d’organisation syndicale est bien d’organiser les travailleuses et les travailleurs pour les luttes à venir et de répondre coup pour coup aux attaques du patronat.

Bien loin de préparer les salarié(e)s au « dialogue social », la CGT cherche à accroître leur conscience que seul le rapport de force, seule la lutte, permet aux travailleuses et aux travailleurs d’espérer une vie meilleure.

Aussi, la CGT ne participe pas à cette réunion de « dialogue social » du 14 avril et appelle les autres organisations syndicales à faire de même.

Publicités

Une Réponse to “A propos de la commission « dialogue social »”

  1. Vous lutté contre qui ? N’avais vous pas l’impression de lutté tout seul contre personne ? Quand la CGT décidera d’arrêté de faire semblant de lutté, peut-être que je la rejoindrai. En attendant, vous me faite plutôt marais.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :