CGT ADDSEA

Site de la section CGT de l’ADDSEA

Comment casser le droit d’asile…

Posted by dsinterim sur octobre 10, 2008

Depuis le premier communiqué concernant la quasi-suppression des financements pour l’accueil d’urgence des demandeurs d’asile, nous avons mis cette suppression des crédits en perspective avec une politique générale de casse du droit d’asile. L’article qui suit est une bonne illustration de cette politique.

La chasse aux réfugiés politiques par le préfet de Nantes

Déjà deux associations seulement pouvaient domicilier administrativement les travailleurs immigrés demandeurs du droit d’asile (droit garanti, paraît-il, par la Constitution !). Or pouvoir déclarer un domicile est une condition obligatoire pour pouvoir déposer un dossier en préfecture et bien peu de réfugiés, et pour cause, connaissent un particulier susceptible de les héberger quand ils arrivent en France. Cet été les deux ont été interdites de domiciliation par la Préfecture de Nantes. Du coup, un certain nombre de réfugiés n’ont pas pu déposer leur demande de droit d’asile.

Début septembre l’une d’elle, Aida (Accueil et information pour les demandeurs d’asile), a été ré-autorisée (mais avec un quota de 40 familles maximum) tandis que l’autre, le Gasprom, section nantaise de la Fasti (Fédération des associations de soutien aux travailleurs immigrés) perdait son agrément. Cette dernière décision arbitraire des autorités fait d’ailleurs suite à une série de tracasseries comme des perquisitions de la police et de la gendarmerie.

Ne pas pouvoir déposer de demande d’asile a des conséquences très concrètes pour ces réfugiés, qui fuient la misère, les guerres, et l’oppression : pas d’accès à la CMU, pas d’accès à l’Allocation temporaire d’attente, pas de carte de transport en commun, pas de bons d’accès aux bains douches publics, pas d’accès à l’hébergement d’urgence, ni d’accès aux centres d’accueil des demandeurs d’asile, pas même d’accès à l’école pour les enfants…

Comme les gouvernements précédents celui des Sarkozy, Fillon et autres Hortefeux continue à soutenir les dictatures d’Afrique et d’ailleurs, qui sèment misère et oppression. Mais ils ne veulent plus voir ici la moindre trace des conséquences de cette misère et de cette oppression, conséquences elles-mêmes de leur politique : ces dizaines, voire centaines de milliers de persécutés de par le monde et dont seulement quelques uns arrivaient encore jusqu’à maintenant à trouver refuge en France.

Cette ignoble politique ne peut pourtant pas s’expliquer par une prétendue « invasion » de réfugiés. Si 1 158 dossiers de réfugiés avaient été déposés auprès des services de l’État en 2004, les chiffres chutent d’année en année : 922 en 2005, 418 en 2006, 377 en 2007.

Convergences Révolutionnaires, Septembre-Octobre 2008

Pour plus d’informations sur la campagne intersyndicale menée à l’ADDSEA contre la casse du service d’accueil des demandeurs d’asile, lire :

Contre la casse du service d’accueil des demandeurs d’asile

Budget 2009 : Enveloppe en baisse pour l’accueil des réfugiés

Signer la pétition en ligne

Une Réponse to “Comment casser le droit d’asile…”

  1. […] Comment casser le droit d’asile… […]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :